×
EXPERTISE SERVICES PROJETS PUBLICATIONS ÉQUIPE CONTACT

Les aménagements partagés par les piétons et les cyclistes

Les voies partagées par les piétons et les cyclistes assurent leur confort et leur sécurité lorsque le nombre d'usagers ne justifie pas l'aménagement de corridors séparés. Ces voies incitent plus de citoyens à se déplacer à pied ou à vélo. Voici 3 types de voies temporaires qui s'implantent rapidement.

Voir toutes les sections du guide
Ce guide sera mis à jour au besoin et nous y ajouterons de nouveaux exemples. Revenez le consulter!

Sentier polyvalent sur rue

Le sentier polyvalent sur rue est une voie séparée physiquement des voies de circulation et réservée aux piétons et aux cyclistes ainsi qu’aux autres usages non motorisés, tels que les patins et planches à roulettes et les trottinettes.

Contexte d’implantation
Le sentier polyvalent peut se substituer à un trottoir et une piste cyclable lorsque le débit d’usagers (piétons et cyclistes) est inférieur à 300 à l’heure, le débit automobile est élevé, la limite de vitesse est de 50 km/h ou plus et la distance entre les croisements est d’au moins 300 m.

Géométrie
Le niveau de service offert par le sentier polyvalent sur rue temporaire dépend de sa largeur :
  • 1,8 m permet la circulation à la file des piétons et des cyclistes, ou la circulation à pied et côte à côte de deux personnes d’un même ménage, dans les deux cas sans croisement ni dépassement.
  • 2,5 m permet la circulation côte à côte de 2 personnes d’un même ménage et les dépassements sécuritaires à l’intérieur du sentier, mais avec une séparation inférieure à 2,0 m entre les usagers.
  • 3,5 m permet le croisement ou le dépassement en conservant une distance de 2 m entre les usagers.

Séparation
La séparation avec les voitures est importante pour assurer le confort des piétons et des cyclistes. Le sentier polyvalent temporaire nécessite une séparation physique qui peut être réalisée avec des éléments séparateurs ponctuels ou continus.

Signalisation
Le panneau P-250-2 avec pictogrammes de piéton et de vélo, prévu à la norme du Ministère[1], indique qu’il s’agit d’une voie réservée aux piétons et aux cyclistes.

Le panneau P-160 Arrêt interdit remplacera les panneaux relatifs au stationnement sur la rue.



Une séquence de pictogrammes marqués sur la chaussée en amont et en aval des intersections, comprenant la macle, le piéton, le vélo et des chevrons, indique qu’il s’agit d’une voie réservée aux piétons et aux cyclistes et la direction dans laquelle ils doivent circuler.


 
 

Rue partagée

La rue partagée est définie par le Code de la sécurité routière comme « tout ou partie d’un chemin public sur lequel la circulation piétonne est priorisée » : le conducteur ou le cycliste doit céder le passage à tout piéton qui circule sur une rue partagée et adapter sa vitesse en conséquence.

Et les piétons peuvent y circuler à l’endroit de leur choix, dans tous les sens, et traverser la rue en tout lieu et à tout moment.

Contexte d’implantation
La rue partagée s’implante sur une rue comportant une concentration d’activités urbaines et de piétons, où il y a absence de transit, de circuit d’autobus ou de camionnage.

Si la rue est à sens unique, la circulation des cyclistes peut être permise dans les deux directions par un double sens cyclable sans voie séparée.

Géométrie
La largeur de la chaussée importe peu pour la rue partagée, sauf aux accès, où elle doit être très restreinte pour assurer la visibilité de la signalisation et le respect de la limite de vitesse de 20 km/h.



Rue partagée à Lausanne en Suisse

Séparation
Il n’y a pas de séparation sur la rue partagée. Piétons, cyclistes et automobilistes circulent dans la même voie.

Signalisation
La rue partagée est indiquée par le panneau P-345 implanté au début de chaque segment de la rue. Elle ne comporte aucun marquage sur la chaussée.



Modération de circulation
La rue partagée comporte des éléments de modération de circulation, en particulier en entrée de rue, qui limitent le débit de circulation et restreignent la vitesse à 20 km/h.
 

Rue piétonne

La rue piétonne est réservée à la circulation des piétons. Les cyclistes y sont généralement autorisés à faible vitesse, la priorité étant accordée aux piétons. Les véhicules y sont interdits sauf pour les livraisons (souvent avec horaire limité), l’entretien et les urgences.

Section de rue piétonnisée, rue Drucourt à Montréal


Contexte d’implantation
La rue piétonne s’implante sur une rue comportant une concentration d’activités urbaines et de piétons, où il y a absence de transit, de circuit d’autobus ou de camionnage.

Géométrie
Sans objet.

Séparation
À chaque intersection des dispositifs de contrôle restreignent l’accès aux véhicules autorisés.

Il n’y a pas de séparation sur la chaussée, où piétons, cyclistes et véhicules autorisés circulent dans la même voie.

Signalisation
Il n’y a pas de panneau spécifique aux rues piétonnes dans la norme québécoise. Le panneau P-40 en début de segment indique aux conducteurs que l’accès à cette rue est interdit.


Panneau P-40 Entrée interdite

Le panneau P-250-2 avec pictogrammes de piéton et de vélo, prévu à la norme du Ministère,[2] indique qu’il s’agit d’une voie réservée aux piétons et aux cyclistes.


Panneau P-250 Voie réservée aux piétons et vélos

La rue piétonne ne comporte aucun marquage sur la chaussée. Dans le cas de la rue piétonne temporaire ou saisonnière, on conserve le marquage requis pour les périodes où la rue n’est pas fermée à la circulation.

Modération de circulation
La rue piétonne n’a pas besoin d’éléments de modération de circulation autres que les dispositifs de contrôle d’accès.

 
[1] et [2] Normes Ouvrages Routiers, Tome V Signalisation, ch. 2 Prescription, p. 29